LifePhone, l’interface Lifedomus pour iPhone

Nous sommes heureux de vous dévoiler en avant-première LifePhone, l’interface Lifedomus pour iPhone.


LifeDomus sur iPhone

Les accès locaux et distants de LifePhone

LifePhone permet à l’utilisateur de se connecter à sa ‘Box’ en accès local ou distant. Ce mode d’accès permet dès lors d’hériter des droits définis pour l’utilisateur. Pour rappel, ces niveaux de sécurité sont mis en place depuis le Configurateur avec un degré de précisions très fin :

  • ils sont propres à chaque site
  • ils sont en fonction de chaque profil utilisateur
  • ils sont ventilés en accès local ou distant
  • ils concernent de nombreux objets tels les pièces, les appareils, les actions sur les appareils, les scenarios, …


Paramétrer ses accès

LifePhone sera multi-sites

Une fois connecté à sa Box, LifePhone permet à l’utilisateur de choisir le site sur lequel ce dernier souhaite se connecter. Il s’appuie pour cela sur la configuration définie par et pour l’utilisateur grâce au Configurateur.


Choix du site

LifePhone sera multi-utilisateurs

Chaque utilisateur peut accéder à la Box et à ses sites. Pour lui faciliter ses accès, il peut choisir de mémoriser certaines informations comme l’utilisateur par défaut qui doit se connecter, ou son mot de passe.


Sélection de l’utilisateur


Sécurité

LifePhone, un Design paramétrable

La philosophie de Lifedomus est de permettre à l’utilisateur de paramétrer son interface. LifePhone n’échappera pas à cette règle. Les images, les icônes, les libellés seront ceux définis par/pour l’utilisateur dans le Configurateur.


Navigation (Mode Vignette)


Navigation (Mode Liste)

LifePhone a ses favoris

La gestion des favoris est possible sur LifePhone.


Liste des Favoris


Mode ‘Suppression’ des Favoris


Supprimer un Favori

LifePhone, une navigation sous différents angles

Différents modes sont mis à disposition de l’utilisateur pour naviguer et piloter ses appareils. Que cela soit au travers de regroupement par type d’appareils ou par pièces, chacun pourra y trouver son mode de prédilection.


Regroupement par type


Les appareils de la pièce

LifePhone a de la mémoire

LifePhone mémorise les dernières actions déclenchées par l’utilisateur au travers un historique appelable à tout moment.


Historique des actions

LifePhone, des scénarios sans aucun doute

Les scenarios définis dans le Configurateur et/ou le Restitutif sont déclenchables à tout moment. Mais avant de déclencher ce scénario, il est possible de consulter les actions qui y seront déroulées. Un véritable gage de sécurité !


Déclencher un scenario


Consulter un scenario

LifePhone, des appareils au Design soigné

Nous finissons cette publication en vous dévoilant le design de quatre appareils :


Exemple de Variateur (1)


Exemple de Variateur (2)


Exemple de Thermostat


Exemple de Store Vénitien

Et parce qu’il faut garder un peu de mystère et vous réserver encore quelques belles surprises, cet article s’achèvera ici.

Alliance EnOcean, un avenir prometteur

En complément de nos nombreux protocoles déjà supportés nativement par Lifedomus, nos équipes travaillent également depuis plusieurs mois sur un nouveau protocole voué à un avenir prometteur : EnOcean.

L’Alliance EnOcean a pour objectif de promouvoir la réalisation de solutions d’automatisation innovantes dédiées à des projets de construction durables. Elle se focalise sur la technologie sans fil et sans pile développée par l’entreprise allemande EnOcean. Les activités de l’Alliance EnOcean servent à garantir que tous les produits et applications fabriqués à partir de cette technologie brevetée sont interopérables : ses modules radio sont autonomes rien qu’en captant l’énergie par pression sur un interrupteur, par cellule photovoltaïque ou par différence de températures.

Ce procédé présente de nombreux avantages :

  • Elimination des câblages et abaissement des coûts d’installation
  • Libre positionnement des capteurs (interrupteurs, détecteurs de présence, détecteurs de température, …)
  • Pas de fil, pas de saleté
  • Pas de pile (et donc pas d’élimination des piles)
  • Gain de temps : intégration, montage et configurations rapides
  • Economie de coûts au niveau investissement et exploitation

Cette norme facilite considérablement l’accès aux bâtiments intelligent dans la rénovation, souvent difficile de mise en oeuvre avec les solutions actuelles.

Lifedomus intègre donc nativement le protocole EnOcean. Une partie de nos équipes est d’ailleurs cette semaine à Munich, siège de EnOcean, pour rester à la pointe de cette innovation.

Les scénarios

La présentation du jour porte sur la gestion des scénarios via le Scenarios Manager.

Gérer les scénarios

La création d’un scénario consiste en 3 (ou 4) étapes :

  1. ajouter le nouveau scenario et lui attribuer un nom
  2. définir les actions (Action) qui se dérouleront en cas d’appel à ce scenario
  3. définir le moment (Timing) qui fera se déclencher l’action
  4. définir l’éventuelle valeur (Value) pour certaines actions (ex. la position d’un variateur)



Un scénario en détail

La vision suivante présente un exemple de scenario. Nous y retouvons la liste des actions souhaitées, et remarquons l’introduction de la notion de ‘Timeline’ permettant de générer des décalages relatifs dans la succession des actions grâce au paramètre ‘Timing’.

Participants et actions

Les participants proposés pour composer un scenario sont :

  • les devices (appareils), chaque appareil aura en fonction de son connecteur (et donc de son protocole) une série d’actions possibles et déclenchables : par exemple, en X10, la notion de forçage n’existe pas alors qu’en KNX cela est possible. Une lampe associée à un connecteur X10 ne présentera donc pas les actions de forçage.
  • les groupes de devices (regroupement d’appareils de même nature), pour les groupes d’appareils, la liste des actions possibles est constituée à partir des actions communes à l’ensemble des appareils. Ainsi, si un groupe de lampes panachent une lampe en X10 et une autre en KNX, alors l’action de forçage ne sera pas présentée.
  • les scénarios, dans ce cas, une seule action possible : ‘Run’. Il est donc possible de déclencher des scénarios dans un autre scenario.

Exemple : les variateurs (dimmer)

Dans cet exemple, l’utilisateur choisit :

  • de position à 12% la valeur d’intensité de son variateur
  • de déclencher cette action 3 minutes et 5 secondes après le démarrage/lancement du scénario

Exemple : les ventilations (flow/double flow)

Dans cet exemple, l’utilisateur pourra choisir :

  • de positionner la vitesse de la ventilation
  • de déclencher cette action immédiatement après le démarrage/lancement du scénario

Exemple : les scénarios

Dans cet exemple, l’utilisateur pourra choisir :

  • de lancer un autre scénario
  • de déclencher cet autre scénario 1 minute après le démarrage/lancement du scénario initial

Nous profitons enfin de ce dernier billet de l’année pour vous adresser nos meilleurs voeux et avec quelques jours d’avance, une bonne et heureuse année 2011

Utilisateurs et droits d’accès

La création d’utilisateur s’effectue avec le Users Manager.

Il est possible de créer autant d’utilisateurs que nécessaire. Chaque utilisateur aura alors ses propres caractéristiques :

  • les informations standard : pseudo, nom et prénom(s), mot de passe, e-mails et téléphones (pour les alertes)
  • les paramètres pour le Restitutif : langue d’affichage, formats de date et heure, type de clavier virtuel pour les dalles tactiles (ex. iPhone, ou clavier français azerty, …)
  • le rôle : ce type (Designer ou User) permettra ou non de créer ses propres pages graphiques

L’attribution et la définition des droits d’accès sont spécifiques à chaque utilisateur. Cette approche permet de moduler les accès en fonction des personnes devant utiliser l’application. Cette notion est particulièrement importante pour ventiler des droits de manière fine et précise.

L’outil d’affectation des droits est le ‘Users  Rights’. Il permet de positionner ces droits en local et/ou à distance (Local/Remote) dans 3 domaines :

  • les pièces (Rooms)
  • les appareils et les actions (Devices/Actions)
  • les groupes d’appareils (Devices Groups)

Local/Remote

Il est possible de différentier les droits en fonction de l’endroit géographique où l’on utilise le Restitutif : les accès distants peuvent ainsi être plus restreints ou plus ouverts en fonction des profils.

Rooms

Interdire l’accès à une pièce revient à interdire l’utilisation des appareils qui s’y trouvent. Sauf dérogation, ces appareils ne seront alors plus visibles ou accessibles dans le Restitutif.

Devices/Actions

La gestion des appareils est particulièrement pointue. Un premier niveau permet d’interdire ou d’autoriser l’accès à un appareil. Avec comme conséquence son utilisation possible ou non dans le Restitutif.

Un second niveau permet de statuer sur les actions possibles sur un appareil autorisé. On peut ainsi faire en sorte que des utilisateurs puissent uniquement mettre le mode ‘Réduit ou Confort’ sur un chauffage, et que d’autres puissent le passer en plus en ‘Hors-Gel et Économie’.

On peut alors facilement imaginer la précision des droits :

  • dans des familles, certaines actions interdites aux enfants
  • dans les entreprises, certaines actions interdites au personnel,
  • etc…

Une autre spécificité est la notion d’action protégée par mot de passe. Certaines actions sensibles peuvent alors être déclenchées uniquement par saisie préalable du mot de passe. Le Restitutif demandera à l’utilisateur d’introduire son mot de passe pour déclencher son action. En cas de saisie erronée, l’action demandée sera ignorée.

Nous n’avons pas dressé ici la liste exhaustive des possibilités offertes par ce module : cela pour permettre leur découverte à la commercialisation du produit.

Les Devices

Préambule

Lifedomus se décompose en 2 applications distinctes :

  • le Configurateur
  • le Restitutif

Notre équipe a choisi de vous présenter progressivement le Configurateur. Le Restitutif ne sera  présenté que plus tard, car son approche et son concept seront du jamais vu. De nombreux brevets ont d’ailleurs été déposés pour protéger cette innovation.

Devices

Les Devices sont accessibles à partir du Devices Manager. Il suffit de sélectionner l’appareil pour l’ajouter à la liste.

Il reste alors à le paramétrer. L’objectif reste que l’utilisateur puisse le faire soi-même. Bien évidemment, si cette partie semble malgré tout compliquée pour certains, cette phase pourra toujours être effectuée par l’intégrateur ou le professionnel qui aura réalisé l’installation. A chacun sa méthode et son approche.

Le mode Simplifié

Ce mode sert à :

  • désigner le nom de l’appareil
  • assigner un connecteur
  • sélectionner un emplacement
  • introduire les paramètres techniques en fonction du protocole (en KNX, les adresses de groupes)

Le mode Expert

Ce mode permet d’ajuster très finement toute une série de paramètres plus pointus :

  • les types manipulés (en KNX, les DPT et leurs formats)
  • les valeurs initiales, minimales et maximales autorisées de la donnée manipulée
  • les valeurs des pas (incrémentaux et décrémentaux) lorsque que l’on veut faire du ‘Up’ ou du ‘Down’ en pas à pas
  • le mode de rafraichissement de la donnée (au démarrage, cycliquement, temps réel, …)
  • les paramètres d’historique de la donnée pour les graphes statistiques (moyenne, somme, valeur minimale, valeur maximale) ainsi que leur durée de conservation dans le système

Tous ces ajustements peuvent bien évidemment se faire pour chaque propriété de manière distincte et totalement indépendante.

Le prochain article sera publié le 14 décembre et portera sur les utilisateurs et leurs droits.

(à suivre…)

Rooms & Devices & Multilingue

Lifedomus a pris parti de simplifier la déclaration des emplacements et des éléments qui s’y trouvent. Il suffit de déclarer ses pièces, ses appareils, et de lier un appareil à la pièce concernée. L’objectif est de réduire au maximum cette étape de déclaration.

Gestion des pièces et emplacements

En voici la description :

  • sur la gauche, la liste des pièces possibles. Cette liste est dépendante du type de projet créé (maison, appartement, hôtel, …).
  • sur la droite, la liste exhaustive des pièces déclarées
  • en avant-plan, le module de sélection des images (contextuel à la pièce sélectionnée). LifeDomus proposera nativement une large gamme d’images de qualité. L’utilisateur pourra bien évidemment enrichir cette liste avec ses propres créations.

Gestion  des appareils

En voici la description :

  • sur la gauche, la liste des appareils possibles. Cette liste est très fournie puisque pas moins de 80 types d’appareils seront supportés dès la version 1.0.
  • sur la droite, la liste exhaustive des appareils déclarés
  • en avant-plan, le module de sélection des images (contextuel à l’appareil sélectionné). Tout comme pour les pièces, le choix sera riche, de qualité et entièrement personnalisable.

Multilingue

Lifedomus est multilingue. Dans ce billet, les écrans présentés sont en anglais, mais chaque utilisateur pourra personnaliser la langue qu’il souhaite utiliser, ou la changer à tout moment avec un simple clic.

A noter que la langue est personnalisable et liée à chaque utilisateur : dans des familles ou des environnements (hôtels, bureaux, …) brassant plusieurs nationalités, Lifedomus supprimera la barrière de la langue pour une utilisation aisée.

(à suivre…)

Multi protocoles, KNX inclus

Lifedomus est multi protocoles. Il supporte, par exemple, les protocoles KNX, X10, Varuna3 et NUVO. D’autres sont déjà en cours d’intégration, comme Russound ou SqueezeBox.

Le choix d’un protocole se fait grâce à un connecteur. Lifedomus autorise le panachage de plusieurs protocoles et également l’utilisation de plusieurs connecteurs de même nature.

Un connecteur est alors associé à un appareil (une lampe L en X10, un thermomètre T en KNX, une sonde S connectée à une VARUNA3, …)

Ce procédé permet donc :

  • de combiner des appareils de nature et d’horizons différents (ex. superviser dans de mêmes pages un système multiroom NUVO, des lampes et appareillages X10 et KNX, une alarme VARUNA3 et ses sondes Oregon, par exemple)
  • de faire évoluer son installation sans devoir reprogrammer son superviseur (par simple ré-association de connecteur)
  • de regrouper des sites distants dans le même superviseur (ex. maison principale et résidence secondaire, hôtels, immeubles, sécurité à distance, …)
  • etc…

(à suivre…)